Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXXVII.- On p’tit djon.ne ome qui sét ç’ qu’i vout

Li coléje a stî r’bâti èt Josèf î a achèvè s’ quatrinme. Més l’ guêre lî a fét piède on-an èt il a bone idéye do l’ ratrapè. Justumint, il ètind dîre qui trwès d’ sès cousins s’aprètèt à-zintrè à Malon.ne, à l’ sicole dès réjents : Félis´ d’Olvôs, Jules d’Ouyèt èt Victôr d’èmon l’ Tchôrlî, li coq dol famile, qui n’a quôsu jamés stî è scole, més qui passe tos sès-ègzamins en studiant tot seû. « Dji m’ va fè come zèls, di-st-i è li-minme. L’anéye qui vint, dj’ôré l’âdje ; à 20 ans, dj’ sèré profèsseûr ». Professeûr ! Qué bia tite èt qué bia mèstî por on gamin qui n’a jamés tûsè qui d’ lîves èt di scoles ! I n’ fét ni one ni deûs, i pôte po Dinant èt va èspliquè s’ plan ô tchènon.ne Nicolas : lèyi là l’ coléje èt aprètè s’t-ègzamin d’intréye à Malon.ne. « Tu as tort, mon ami, di-st-i l’ Principâl. Tu es bien trop jeune pour abandonner tes humanités ; tu vas gâcher tes études et compromettre ton avenir ! – C’est décidé, M. le Principal. – Alors, pourquoi viens-tu me consulter ? – Je voudrais seulement vous demander à pouvoir venir prendre quelques leçons particulières. – A ta discrétion, mon ami ! » En minme timps, i scrît à Brussèles po sîre dès cours pa l’ posse èt il îrè fè dès mat´ à Ouyèt avou l’ cousin Hèrbièt. I fét ruv’nu lès programes èt lès lîves èt vo-l’-là à l’ovradje !

 

37.- Un petit jeune homme qui sait ce qu’il veut

Le collège a été reconstruit et Joseph y a achevé sa quatrième. Mais la guerre lui a fait perdre un an et il a bien l’intention de le rattraper. Justement, il entend dire que trois de ses cousins s’apprêtent à entrer à Malonne, à l’école [normale] des régents : Félix d’Olvaux, Jules de Houyet et Victor de chez le Charron, l’as de la famille, qui n’a presque jamais fréquenté l’école, mais qui passe tous ses examens en étudiant tout seul. « Je vais faire comme eux, se dit-il. L’année prochaine, j’aurai l’âge; à 20 ans, je serai professeur. » Professeur ! Quel beau titre et quel beau métier pour un garçon qui n’a jamais rêvé que de livres et d’écoles ! Sans hésiter, il part pour Dinant et va exposer son projet au chanoine Nicolas : abandonner le collège et préparer son examen d’entrée à Malonne. « Tu as tort, mon ami, dit le Principal. Tu es bien trop jeune pour abandonner tes humanités; tu vas gâcher tes études et compromettre ton avenir ! – C’est décidé, M. le Principal. – Alors, pourquoi viens-tu me consulter ? – Je voudrais seulement vous demander à pouvoir venir prendre quelques leçons particulières. – À ta discrétion, mon ami ! » En même temps, il a écrit à Bruxelles pour suivre des cours par correspondance, et il ira faire des maths à Houyet avec le cousin Herbiet. Il commande les programmes et les livres, et le voilà à l’ouvrage !

     
Su cès-entrefètes-là, Victôr d’èmon l’ Leûp, li sècrètére di comune, a dandji d’on côp d’mwin à l’ Sâle comunâle : asteûre qui lès-Alemands, avou leû Mèldeamt èt leû Komandantûr (1), si mèlèt di d’ tot, i-gn-a one masse d’ovradje ô burô. On convint qui Josèf f’rè dès-ècritures tos lès djoûs ô matin avou s’ mon-n-onke : ci sèrè co todi quéques francs d’ gangnis !   Sur ces entrefaites-là, Victor de chez le Loup, le secrétaire communal, a besoin d’un coup de main à la mairie : maintenant que les Allemands, avec leur Meldeamt et leur Kommandantur (1), se mêlent de tout, il y a une masse de besognes au bureau. On convient que Joseph fera des écritures tous les jours au matin avec son oncle : ce seront toujours quelques francs de gagnés !
     
Par ègzimpe, i tint l’ rédjisse dès bièsses èt c’è-st-addé li qu’ lès cinsîs èt lès cultivateûrs vinèt fè leûs dèclarâcions. Més, come i n’ sont nin fwârt sognants po ç’ pârtîye-là, ô coron do trimèsse, lès rédjisses ni sont nin d’acwârd avou lès stôves èt lès rans. « Vos-avoz trwès couchèts, don ! – Non.na, savoz, dj’ènn’é pupont dispôy on bokèt ». « Qui sont-is duvenus d’abôrd ? » On n’î wéte nin d’ si près. Josèf è touwe onk, vind l’ deûzinme èt fét crèvè l’ôte. Di ç’ maniére-là, li compte èst jusse.   Par exemple, il tient le registre du bétail et c’est auprès de lui que les fermiers et les cultivateurs viennent faire leurs déclarations. Mais, comme ils ne sont pas fort soigneux sur ce chapitre-là, en fin de trimestre, les registres ne concordent pas avec les étables et les soues. « Vous avez trois cochons, n’est-ce pas ! – Non, vous savez, je n’en ai plus depuis quelque temps ». « Que sont-ils devenus alors ? » On n’y regarde pas de si près. Joseph en tue un, vend le deuxième et fait crever l’autre. De cette façon-là, le compte est bon.
     
Tènawète minme, on rit one pôrt. On djoû, i s’amine di Djindron on-ome mô aguintchtè, qui l’ sècrètére ni conut nin (on n’ si veut wére inte djins d’ Céles èt d’ Djindron). Victôr li prind por on vatchî ou on vôrlèt d’ cinse. Lès papîs ni s’ rapwartèt nin avou l’ dèclarâcion èt on-z-a do mô do discomèlè lès-afêres. Victôr, qu’a portant brâmint dol pacyince – quand il èsteut p’tit, lès scolîs l’ sorlomint Bonté – sint qu’èle lî chape. « Més, en dèfinitif, di-st-i, poqwè ç’ qui l’ cinsî n’ vint nin li-minme ? » Èt l’ome tot pèneûs do rèsponde : « Bin c’èst mi, ô, l’ cinsî ». Victôr èst co pus pèneûs qu’ li. Li gamin, li, a si bin ôsse do rîre qu’il a fwat-à fè po s’ rat’nu ! Més i s’ ratrapèt tos lès deûs quand l’ cinsî èst sôrti.   De temps à autre même, on s’offre une partie de rire. Un jour, s’amène de Gendron un homme mal habillé, que le secrétaire ne connaît pas (on ne se fréquente guère entre gens de Celles et de Gendron). Victor le prend pour un vacher ou un valet de ferme. Les papiers ne concordent pas avec la déclaration, et l’on a du mal à démêler les affaires. Victor, qui a pourtant beaucoup de patience – quand il était petit, les gamins le surnommaient Bonté – sent qu’elle lui échappe. « Mais, en définitive, dit-il, pourquoi le fermier ne vient-il pas lui-même? » Et l’homme, tout penaud, de répondre : « Eh bien, c’est moi, oh, le fermier. » Victor est encore plus penaud que lui. Le gamin, lui, a tellement peur de rire qu’il a bien du mal à se retenir ! Mais ils se rattrapent tous les deux quand le fermier est sorti.
     
Dîre qui l’ djon.ne emplwèyé – qui n’a qu’ musique èt studiadje ol tièsse – èst todi à s’ sogne sèreut minti : i vôreut d’djà awè fét d’vant do c’minci. Di ç’ maniére-là, i lî arive do s’ brouyi èt do d’vu grètè l’ papî. C’èst tot ç’ qui l’ sècrètére, spèpieûs come gn-a pont, veut èvi ! Portant, i n’èst nin ô drî do contè one craque. Èt i raconte ô gamin l’istwâre do comis qu’aveut scrît d’ triviès « Catherine » dins lès rédjisses di l’Ètat-Civil, pus qu’aveut coridji en trawant l’ papî. I n’aveut pont yeû d’ôte reucoûrs qui do mârquè vis-à-vis : Avoir gratté le Q de Catherine avec le sabre du garde-champêtre et y avoir fait un trou. Si Josèf rovîye do r’foûrbu s’ plume : « Passoz-l’ su vos tchfias, di-st-i, di peû d’ lès lèyi blanki ! » Par ègzimpe, ci quèl dâne tot nwâr c’èst do véy qui l’ gamin, maniére do fè assoti si r’wétant mon-n-onke, è-st-arivè, à fwace do saye, à sinè come li : one espéce di chimagrawe qui vout dîre Leloup, més qui s’ pout lîre Melon ou Quelou. Sondjoz one miète : si l’ gamin s’ sièrveut d’ ça à môlvô ! I n’î a seûlemint jamés sondji : i n’ mèt nin sès-imbicions di ç’ costè-là.   Dire que le jeune employé – qui n’a que musique et études en tête – est toujours à sa besogne, ce serait mentir : il voudrait déjà avoir terminé avant de commencer. Aussi lui arrive-t-il de se tromper et de devoir gratter le papier. C’est tout ce que déteste le secrétaire, méticuleux comme pas un ! Pourtant, il n’est pas le dernier à raconter une blague. Et il relate au gamin l’histoire d’un commis qui avait écrit de travers « Catherine » dans les registres de l’État-Civil, puis qui avait corrigé en trouant le papier. Il n’avait eu d’autre recours que de marquer en regard : Avoir gratté le Q de Catherine avec le sabre du garde-champêtre et y avoir fait un trou. Si Joseph oublie d’essuyer sa plume : « Passez-la sur vos cheveux, dit-il, de peur de les laisser blanchir ! » Par exemple, ce qui le met en grande rage, c’est de voir que le gamin, histoire d’ennuyer son oncle vigilant, est parvenu, à force d’essayer, à signer comme lui : une espèce de gribouillis qui veut dire Leloup, mais qui peut se lire Melon ou Quelon. Pensez un peu : si le gamin se servait de cela à mauvais escient ! Il n’y a jamais seulement songé : il ne met pas ses ambitions de ce côté-là.
     
Dol vèspréye, Josèf pôte po l’ coléje ou bin s’ mèt à studyi èt à fè sès d’vwârs : c’èst dîre qu’i n’a pont d’ timps à piède.   L’après-midi, Joseph part pour le collège ou bien se met à étudier et à faire ses devoirs : c’est dire qu’il n’a pas de temps à perdre.
     
I lî fôt co sovint d’nè on côp d’ mwin à moman : k’tayi on fagot avou l’ fèrmin, mache on sèya d’ mârti ol côve ô tchèrbon, alè r’qwér lès solès èmon l’ cwam’jî d’Ûbaye. Sins comptè qu’i r’présinte co sovint l’ famile à dès-ètèrmints pa t’t-avô l’ payis. Èt lès djins morèt come dès mouches di tos costès. Lès-Alemands ont aminè avou zèls one maladîye qui n’ pârdone nin. On l’ lome li gripe èspagnole, més ç’ n’èst rin d’ôte qui l’ pèsse ; èle s’ataque surtout ôs djon.nès djins èt ôs-omes à plin.ne fwace. Justumint, i vint d’arivè en repôs o viyadje dès novèlès troupes èt l’infirmier èst lodji èmon Djan-Piêre. Come il a r’mârquè qu’ Josèf chirlaméye l’alemand, i l’ prind avou li po fè l’ toûrnéye dès malades èt lî sièrvi d’intèrprète èmon lès djins.   Il lui faut encore souvent donner un coup de main à sa mère : débiter un fagot avec le courbet, mélanger un seau de mortier dans la cave au charbon, aller rechercher les souliers chez le cordonnier de Hubaille. Sans compter qu’il représente encore souvent la famille à des enterrements dans tout le pays. Et les gens meurent comme des mouches de tous côtés. Les Allemands ont amené avec eux une maladie qui ne pardonne pas. On l’appelle la grippe espagnole, mais ce n’est rien d’autre que la peste ; elle s’attaque surtout aux jeunes gens et aux hommes dans la force de l’âge. Précisément, il vient d’arriver en repos au village de nouvelles troupes et l’infirmier est logé chez Jean-Pierre. Comme il a remarqué que Joseph baragouine l’allemand, il le prend avec lui pour faire la tournée des malades et lui servir d’interprète chez les gens.
     
Més voci cor on-ôte maleûr qui sorvint su l’ fin d’ l’anéye. Tos lès-omes di 17 à 50 ans si d’vèt alè présintè ô controle à Ouyèt, leû paquèt su leû dos, prèt´ à pôrti po l’Alemagne. C’èst l’ déportâcion. Par on trisse asard, c’èst justumint l’ djoû d’ Sint-Nicolés èt i fét one frèdeû d’ tchin. Dins brâmint dès môjons, ol place d’ètinde lès-èfants djipè d’vant leû-z-assiète, on-z-ôt dol vôye lès feumes brére èt s’ dilamènetè. Èt on-z-aprind rade qui lès Boches ont ramèchenè one masse d’omes. Tot l’ viyadje èst ravadji pa lès pwin.nes.   Mais voici encore un autre malheur qui survient vers la fin de l’année. Tous les hommes de 17 à 50 ans doivent aller se présenter au contrôle à Houyet, leur paquet au dos, prêts à partir pour l’Allemagne. C’est la déportation. Par un triste hasard, c’est justement le jour de la Saint-Nicolas et il fait un froid de chien. Dans bien des maisons, au lieu d’entendre les enfants rire aux éclats devant leur assiette, on perçoit, de la route, les pleurs et les lamentations des femmes. Et l’on apprend vite que les Boches ont ramassé quantité d’hommes. Tout le village est ravagé par les peines.
     
Pâr boneûr, Djan-Piêre èst trop vî èt Josèf n’a nin co l’âdje. Qu’i fét bon vikè quand onz- èst tortos èchone, qu’on mougne à wére près su tos sès dints èt qu’on-z-a do passemint d’ timps tant qu’on vout !   Par bonheur, Jean-Pierre est trop vieux et Joseph n’a pas encore l’âge. Qu’il fait bon vivre quand on est tous ensemble, qu’à peu de chose près on mange à sa faim et qu’on a des loisirs à volonté !
     
« Bènichans l’ Bon Diè, di-st-èle Marîye. Nos-avans stî rudemint spôrgnis !»   « Bénissons le Bon Dieu, dit Marie. Nous avons été vraiment très épargnés ! »
Suite du texte…

NOTE :

(1) Services de l’Administration allemande. Meldeamt : bureau des déclarations (police). Kommandantur : état-major de la place. - Retour texte