Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XXVII. – Al dicôce !

Quand Djan-Piêre s’aveut bin plé al tôve, il aveut acostumè do dîre : « Dj’é dînè come al dicôce !»

 

27.- À la ducasse !

Quand Jean-Pierre s’était bien plu à table, il avait coutume de dire : « J’ai dîné comme à la ducasse ! »

     
Li dicôce d’alieûrs ruveneut dins mwints mèssadjes, ci qu’mosture bin qu’èle compteut po brâmint dins l’ vîye dès djins d’ nos djins. D’one saquî qu’aveut yeû do boneûr ou, do contrére, qu’aveut trèvôtchi one mwéje passe, on d’jeut : « Il èsteut ou i n’èsteut nin al dicôce. » Po dîre qui l’ vikérîye n’èst nin todi guéye ou bin qu’èle èst féte d’ôte tchôse qui d’amusemint : « Ci n’èst nin l’ dicôce » ou « On n’ pout nin fè l’ dicôce tos lès djoûs. »   La ducasse, d’ailleurs, revenait dans maintes expressions, preuve qu’elle comptait pour beaucoup dans la vie de nos pères. De quelqu’un qui avait eu du bonheur ou, au contraire, qui avait traversé une mauvaise passe, on disait : Il était ou il n’était pas à la ducasse. Pour dire que l’existence n’est pas toujours gaie ou bien qu’elle est faite d’autre chose que d’amusement : Ce n’est pas la ducasse ou On ne peut pas faire la ducasse tous les jours.
     
Li djon.nèsse d’ôdjoûrdu n’a jamés seû, èle ni sôrè jamés ci qu’ c’èst qui l’ dicôce. Comint è sèreut-i ôtremint ? Por lèy, c’èst l’ dicôce tos lès djoûs. Tos lès djoûs, èle mougne dol tchô su tos sès dints ; tos lès djoûs, èlle ôt dol musique do matin jusqu’à l’ nét ; tos lès djoûs, lès-èfants vont è scole avou leû satchot d’ bobones. Lès djon.nès djins, zèls, ni ratindèt nin sovint l’ dîmègne po moussi ô dancing´ ou ô cinéma. Totes lès potches sont rimplîyes di sous èt, tot-ô long d’ l’anéye, pèrson.ne ni s’ lét manquè d’ rin. Més dji n’su nin sûr qui ça vôt mia insi ni qu’ lès djins sont pus eûreûs qui d’dins l’ timps. Èt, à m’ chonance, li dicôce d’ôdjoûrdu ci n’èst pus l’ dicôce.   La jeunesse d’aujourd’hui n’a jamais su, elle ne saura jamais ce qu’est la ducasse. Comment en serait-il autrement ? Pour elle, c’est la ducasse tous les jours. Tous les jours, elle mange de la viande à belles dents; tous les jours, elle entend de la musique du matin au soir; tous les jours, les enfants vont à l’école avec leur sachet de bonbons. Les jeunes gens, eux, n’attendent pas souvent le dimanche pour aller au dancing ou au cinéma. Toutes les poches sont remplies de sous et, tout au long de l’année, personne ne se laisse manquer de rien. Mais je ne suis pas sûr que cela vaille mieux ainsi et que les gens soient plus heureux que ceux d’autrefois. Et, à mon avis, la fête d’aujourd’hui, ce n’est plus la fête.
     
A Céles, èle ruveneut tos l’s-ans su l’ fin dol campagne, li deûzinme dîmègne di sètimbe.   À Celles, elle revenait tous les ans vers la fin de la belle saison, le deuxième dimanche de septembre.
     
Li preumîre anonce, c’èsteut l’ passadje do tchôdronî. Ô c’mincemint dol samwin.ne, il ariveut avou si p’tite tchèrète èt s’ bourique èt il aveut rade fét do s’ mète à place o bôr d’èmon l’ Trale, avou totes sès-ostèy. Li feume fieut l’ toûr dès môjons, en criyant pa l’ crôye di l’uch : « Pont d’ couyîs, pont d’ fortchètes à ristin.nè ? » Ci n’èsteut nin co l’ timps dès bias « couvêrts » d’ârdjint èt dès « inoksîdâbes » ! Èle rariveut di s’ toûrnéye avou tote one choûrchîye di cayèts èrènis, qu’i faleut r’mète à noû. Lès gamins ènn’avint po dès-eûres à r’wéti li p’tit gros ome qui fondeut li stin dins l’ grande loce èt passeut l’ fiêr à sôdè su l’ cul dès casseroles.   Le premier signe avant-coureur, c’était le passage du chaudronnier. Au début de la semaine, il arrivait avec sa petite charrette et sa bourrique, et il avait vite fait de s’installer au hangar de chez le Trale avec tous ses outils. La femme faisait le tour des maisons, en criant par l’entrebâillement de la porte : « Pas de cuillers, pas de fourchettes à rétamer ? » Ce n’était pas encore l’époque des beaux « couverts » d’argent et des « inoxydables » ! Elle rentrait de sa tournée avec, dans son tablier retroussé, quantité d’objets rouillés, qu’il fallait remettre à neuf. Les gamins en avaient pour des heures à regarder le gros petit homme qui fondait l’étain dans la grande louche et passait le fer à souder sur le fond des casseroles.
     
Li djûdi, c’èsteut l’ toûr do roûjeû d’ cisètes, à iute dizos li p’tit teut di s’ tchèrète à deûs rûwes, qu’on grand pouyu tchin satcheut en tanflant èt en passant l’ linwe. I pèdaleut à longueû d’ djoûrnéye po fè toûrnè l’ pîre di sôvelon. Il î passeut précieûsemint coutias èt cisètes, qui sôrtint d’ sès mwins r’gnètis èt r’sinmès.   Le jeudi, c’était le tour du rémouleur (de ciseaux), à l’abri sous le petit toit de sa charrette à deux roues, qu’un grand chien au poil généreux tirait en haletant et en passant la langue. Il pédalait à longueur de journée pour faire tourner la pierre de sable. Il y passait soigneusement couteaux et ciseaux, qui sortaient de ses mains nettoyés et aiguisés.
     
Lès botchîs s’aminint l’ vinr’di : Françwès d’èmon l’ Crolè touweut à Bèl-Ér, ol grègne do P’tit Marchô ; li Blanc Djôsèf, èmon Djan-Piêre. Li sèm’di, ci n’èsteut qu’one covôye di coméres avou dès nwârs cabas à leû brès. « Mètoz-m’ on bon bouli à l’ tinre cwasse, là, Blanc ! – Wés´, Louwisse, vos n’ôrez jamés stî si bin ayussîye. Èt v’là cor one pougnîye d’ouchas al rawète ! » Lès botchîs n’ sièrvèt jamés qu’ dès bias bokèts. Sabayî ç’ qu’i fièt dès-ôtes !   Les bouchers s’amenaient le vendredi : François de chez le Bouclé abattait à Bel-Air, dans la grange du Petit Maréchal; le Blanc Joseph, chez Jean-Pierre. Le samedi, ce n’était qu’un va-et-vient de femmes avec des cabas noirs au bras. « Mettez-moi un bon bouilli à la tendre côte, là, Blanc ! – Tenez, Louise, vous n’aurez jamais été aussi bien servie. Et voici encore une poignée d’os en prime ! » Les bouchers ne servent jamais que de beaux morceaux. Je me demande ce qu’ils font des autres !
     
Inte lès côps, c’èsteut lès baraques qu’arivint, todi mètûwes è vète coleûr, satchîyes pa dès grands léds m’vés di tch’fôs, si mwinres èt si vîs qu’on s’è fieut mô. Èle distèlint su l’ bwârd dol route ou o fond do viyadje èt il è sôrteut dès nwârès feumes èt dès nîtéyes d’èfants, qui spitint d’ tos costès èt qu’avint l’ér do s’ trouvè do côp dins leûs wébes. Ma fwè, on n’ lès vèyeut nin voltî, lès baraquîs, i-gn-aveut pont d’fiyate à zèls – més, al dicôce, i n’è v’neut jamés assèz. One bèle dicôce, c’èsteut d’abôrd one dicôce avou brâmint dès baraques. Do preumî côp d’ouy, lès-èfants vèyint ci qu’ c’ènn’èsteut : « C’è-st-on tir ! C’èst dès balançwâres ! C’è-st-on botique ! » Li grosse afêre, c’èsteut l’arivéye do toûrniquèt. On-z-aveut do pléji do l’ véy montè, bwès à bwès, su li p’tite place do Fond.   Entre-temps, c’étaient les roulottes qui arrivaient, toujours peintes en vert, tirées par des grands laids canassons de chevaux, si maigres et si vieux qu’on en avait pitié. Elles se garaient sur le bord de la route ou au fond du village, et il en sortait des femmes noires et des nichées d’enfants, qui s’échappaient de tous côtés et qui avaient l’air de se trouver aussitôt chez eux. Ma foi, on ne les aimait pas, les forains n’inspiraient pas confiance – mais, à la fête, il n’en venait jamais assez. Un belle ducasse, c’était d’abord une ducasse avec beaucoup de roulottes. Au premier coup d’œil, les enfants voyaient ce qu’il en était : « C’est un tir ! C’est des balançoires ! C’est un magasin ! » Le grand événement, c’était l’arrivée du manège. On avait du plaisir de le voir monter, bois à bois, sur la petite place du Fond.
     
Su ç’ timps-là, dins totes lès môjons, lès coméres avint fwat-à fè dispôy on bokèt. On-zaveut ètèrpris li grand r’gnètadje : lès blankicheûs avint passè, Djan-Piêre aveut r’mètu lès-uch èt lès finièsses è coleûr, Marîye aveut r’tapissè. Pus, èlle aveut stî à Dinant avou lès gamins po lès rabiyi ô « Drapeau national » èt lès r’tchôssi èmon Furdelle.   Sur ces entrefaites, dans toutes les maisons, les femmes avaient fort à faire depuis un bout de temps. On avait entrepris le grand nettoyage : les chauleurs étaient passés, Jean-Pierre avait repeint portes et fenêtres, Marie avait retapissé. Puis, elle était allée à Dinant avec les garçons pour les rhabiller au « Drapeau national » et les rechausser chez Furdelle.
     
Asteûre, i faleut fè lès tôtes, ô riz, ôs pomes, ô suke, lès pôstèts ôs fruts d’ totes lès sôtes. Josèf èt Omêr alint cheûre lès biokes o prè èt lès rin.nes-glôdes o djârdin. Djan-Piêre, li, choyeut l’ gros mérabèlî èsconte do ri èt lès gamins s’ mètint à pîds d’chôs po ramèchenè lès fruts tchèyus è l’éwe. Dosmètant qui l’ djane pôsse ôs-ous èt ô lècia lèveut ol méye (1) dizos l’ couvêrte, Djan-Piêre disloyeut lès fagots èt mèteut l’ feû o for, dins l’ forni al copète. Pus, ç’ n’èsteut qu’one convôye su lès montéyes po pwartè lès péles èt lès vagons : on s’î mèteut tortos èchone po-z-alè pus rwèd. On bokèt après, lès tôtes ripassint su lès cléyes, doréyes, rinfléyes, apétichantes à soét.   Maintenant, il fallait faire les tartes, au riz, aux pommes, au sucre, les pâtés aux fruits de toutes sortes. Joseph et Omer allaient secouer les pruniers au verger et les reines-claudes au jardin. Jean-Pierre, lui, secouait le gros mirabellier en bordure du ruisseau, et les gamins se mettaient nu-pieds pour ramasser les fruits tombés à l’eau. Pendant que la pâte jaune aux œufs et au lait levait dans le pétrin (1) sous le couvercle, Jean-Pierre déliait les fagots et allumait le feu du four, dans le fournil à l’étage. Puis ce n’était qu’un aller et retour dans l’escalier pour porter les formes à tartes et les formes à pains : on s’y mettait tous ensemble pour aller plus vite. Après un temps, les tartes repassaient sur les claies, dorées, gonflées, appétissantes à souhait.
     
A l’anéti, dins l’ viyadje rapôji èt fin prèt´ po l’ fièsse, lès tchambes bouchint al copète di Tchôbrumont.   Au crépuscule, dans le village apaisé et fin prêt pour la fête, les boîtes d’artifice pétaradaient au sommet de Tchaubrumont.
     
Li dicôce kiminceut l’ londemwin après grand-mèsse. Sustins qu’è l’èglîje Émile Louviô, ruvenu èsprès d’ Dinant, fieut sonè lès trompètes di l’ôrgue po l’ sôrtîye, on-z-oyeut dèdjà l’ piston, li bûgue èt l’ trombone dès musicyins d’Ouyèt, qui djouwint l’ preumîre polka d’vant l’uch.   La fête commençait le lendemain après la grand-messe. Pendant qu’à l’église Émile Louviau, revenu exprès de Dinant, faisait sonner les trompettes de l’orgue pour la sortie, on entendait déjà le piston [cornet à pistons], le bugle et le trombone des musiciens de Houyet, qui jouaient la première polka devant la porte.
     
Lès mésses-djon.nés (2), tot rècrèstès avou l’ grande cocâde à flotchîye à leû botenîre, acrotchint li p’tit ruban à totes lès camusoles èt ramèchenint lès côrs po fè l’ fièsse. Li musique mineut bwâre li gote èmon Françwèse dès bindes di djon.nes-omes èt d’ djon.nès coméres, qui s’ tunint pa l’ brès en riant : li toûrnéye dès cabarèts èsteut c’mincîye.   Les capitaines de jeunesse (2) [désignés pour la fête], tout fiers avec, à la boutonnière, leur grande cocarde à gland, accrochaient le petit ruban à toutes les vestes et ramassaient l’argent pour faire la fête. La musique menait boire la goutte chez Françoise des bandes de jeunes hommes et de jeunes filles, qui se tenaient par le bras en riant : la tournée des cabarets était commencée.
     
Dès ribambèles d’èfants s’ rachonint d’vant lès botiques di twèye èt i n’avint nin assèz d’ leûs-ouy po r’wéti lès bobones di totes lès sôtes instaléyes dins lès bwèsses di cârton : boles di gôme, bablûtes èt tchapias d’ curès. Al copète, pindûwes à dès cwades, i-gn-aveut dès kakayes po tos lès gouts. Lès pus p’tits soflint dins dès musiques à bouche avou one potche di caoutchouc qu’i tinkyint à l’ chèrè ; en s’ disgonflant p’tit-z-à p’tit, èle winkieut à v’ rôyi l’s-orèyes. Lès tch’fôs d’ bwès do toûrniquèt toûrnint, toûrnint sins lèyi ouve, dosmètant qui l’ viole broyeut one gréye musique. Li p’tite fanfâre djouweut on-ér divant chakin dès cafès èt i-gn-aveut qu’one vwès po lî rèsponde à plin gozî : « Al dicôce ! Al dicôce ! »
  Des ribambelles d’enfants se rassemblaient devant les boutiques de toile et ils n’avaient pas assez de leurs yeux pour regarder les bonbons de toutes sortes disposés dans les boîtes en carton : boules de gomme, « bablûtes » [bonbons au caramel] et « chapeaux de curés » [bonbon coniques de gomme-gutte]. Au sommet, pendaient à des cordes des jouets pour tous les goûts. Les plus petits soufflaient dans des musiques à bouche avec une poche de caoutchouc qu’ils tendaient à la déchirer; en se dégonflant petit à petit, elles geignaient à vous arracher les oreilles. Les chevaux de bois du manège tournaient, tournaient sans répit, pendant que l’orgue de barbarie broyait une musique grèle. La petite fanfare jouait un air devant chaque café et il n’y avait qu’une voix pour lui répondre à plein gosier : « À la ducasse ! À la ducasse ! »
     
II èsteut one eûre passè quand on rintreut dins lès môjons po fè fièsse ôtoû d’one mape caflorîye, avou lès parints ruvenus d’ lon èt d’ lôdje, ô fâmeûs dînè dol dicôce. Po l’zî fè oneûr, on lès-aveut sièrvi ol tchambe èt l’ bîre è botèye achèveut do disloyi lès linwes.   Il était une heure passée quand on rentrait dans les maisons pour festoyer autour d’une nappe multicolore, avec les parents revenus de partout, pour le fameux dîner de la fête. Pour leur faire honneur, on les avait servis dans la belle pièce, et la bière en bouteille achevait de délier les langues.
     
Sulmètant qu’ lès vîs fyint plandjîre, on-z-aleut véy li corti èt l’ couchèt, pus on s’ rimèteut à l’ tôve po saye li doréye avou one jate di cafè.   Tandis que les vieux faisaient la sieste, on allait voir le jardin et le cochon, puis on se remettait à table pour goûter la tarte avec une tasse de café.
*   *
Li dicôce, èdwârmûwe come lès djins après non.ne, si rèwyieut dol vèspréye. C’èsteut l’ momint dès concoûrs : lute di p’tite bale o prè d’Al Cour, djeû d’ bîyes èmon Ovide, pôrts di couyon èt cints d’ piquèt dins lès cabarèts. Po lès côtes, Djan-Piêre èsteut todi ô posse èt c’èsteut môgrè li quand i n’ ruveneut nin avou one bèle pupe di brouwîre. Li toûrniquèt s’ rimèteut à rotè, lès djon.nès djins bloncint d’ pus bèle èt on-z-oyeut djipè lès coméres quand d’astchèyance on côp d’vint rilèveut leûs cotes. Lès côps d’ carabine pètint sètch do costè do tir ôs pupes ; lès djon.nes-omes s’è d’nint à pléji po gangni one dès cocâdes avou dès-èwîyes d’ârdjint èt dès fils d’ôr trèlacès, piquéyes su on cossin. Li djôye èsteut plin l’ér èt l’ flôwe solia d’ sètimbe mèteut sès dérènès bôjes su totes lès massales.   La fête, endormie comme les gens après douze heures, se réveillait dans l’après-midi. C’était le moment des concours : lutte de petite balle dans le pré de la [ferme de la] Cour, jeu de billes chez Ovide, parts de couillon et cents de piquet dans les cafés. Pour les cartes, Jean-Pierre était toujours au poste et c’était malgré lui quand il ne revenait pas avec une belle pipe de bruyère. Le manège se remettait à marcher, les jeunes gens vacillaient de plus belle et l’on entendait les femmes rire aux éclats quand, d’aventure, un coup de vent relevait leurs jupes. Les coups de carabine pétaient sec du côté du tir aux pipes; les jeunes hommes s’en donnaient à plaisir pour gagner une des cocardes avec des aiguilles d’argent et des fils d’or entrelacés, piquées sur un coussin. La joie emplissait l’air et le faible soleil de septembre posait ses derniers baisers sur toutes les joues.
     
C’è-st-à ç’ momint-là qui l’ comte Adelin dichindeut do tchèstia po v’nu prinde si p’tite pôrt di dicôce. Il atôjeut lès djins sins maniéres, payeut dès toûrnéyes ôs-omes, dès caramèls ôs coméres, dès bricoles èt dès bobones ôs-èfants. One anéye, il aveut achetè l’ botique ètyîr da Deutine po l’ pléji do l’ mète ô piyadje. Si vêrt tchapia d’ tchèsseû passeut iute di totes lès tièsses èt i t’neut lès kakayes ô coron di s’ brès : c’èsteut à qui s’ sitindreut l’ pus fwârt po lès-avinde. Josèf aveut surtout r’mârquè on p’tit piston tot fin parèy ô ci dès musicyins. Li grand Djan-Piêre aveut lèvè l’ brès po l’agritchtè, més l’instrumint aveut d’meurè dins lès mwins do Blanc da Rôse, li pére do p’tit Colârd, on chançârd come i-gn-ènn’aveut pont. Josèf ènn’aveut stî disloûji tote li chîje èt dji n’su nin sûr qui ç’ djoû-là i n’aveut nin fét conechance avou on léd pètchi qu’on lome li djalouserîye.   C’est à ce moment-là que le comte Hadelin descendait du château pour venir prendre sa petite part de ducasse. Il abordait les gens sans façons, payait des tournées aux hommes, des caramels aux femmes, des bricoles et des bonbons aux enfants. Une année, il avait acheté l’échoppe entière de Deutine pour le plaisir de la mettre « au pillage ». Son chapeau vert de chasseur dépassait toutes les têtes et il tenait les jouets au bout de ses bras : c’était à qui s’étirerait le plus pour les atteindre; Joseph avait surtout remarqué un petit piston tout pareil à celui des musiciens. Le grand Jean-Pierre avait levé le bras pour l’attraper, mais l’instrument était resté dans les mains du Blanc de Rose, le père du petit Collard, un chançard comme pas deux. Joseph en avait été désappointé toute la soirée et je ne suis pas certain que ce jour-là il n’avait pas fait connaissance avec un vilain péché qu’on nomme jalousie.
     
À l’anéti, tot l’ monde danseut su l’ grand-route. Dizos lès maronîs d’èmon Djan l’ Marchô, li tchôr d’Al Coûr èsteut gârni di lampes véniciènes vètes, bleûwes, djanes èt rodjes : c’èsteut l’ place dès musicyins po passè l’ chîje. P’tit-z-à p’tit, lès copes arivint pa totes lès vôyes, di tos lès cwins do viyadje. Li poûssîre voleut d’zos leûs pîds èt, ô coron d’ chaque danse, i criyint tortos èchone, en lèyant r’tchér lès brès : « Al dicôce ! » Lès vîs n’èstint nin lès dérins po dansè l’ valse, li scotich, li polka èt l’ mazurka. Inte lès côps, lès djon.nes-omes minint leû mayon à l’ botique da Deutine ou da Polite èt l’zî payint po quate sous d’ caramèls. I lès disvôtyint èchone po lîre, en s’ fiant dès-aguignes, li p’tit biyèt doûs qui lès ravôtieut :   Au soir tombé, tout le monde dansait sur la grand-route. Sous les marronniers de chez Jean le Maréchal, le char de la Cour était garni de lanternes vénitiennes [lampions] vertes, bleues, jaunes et rouges : c’était la place des musiciens pour passer la soirée. Petit à petit, les couples arrivaient par tous les chemins, de tous les coins du village. La poussière volait sous leurs pieds et, à la fin de chaque danse, ils criaient tous ensemble, en laissant retomber les bras : « À la ducasse ! » Les vieux n’étaient pas les derniers pour danser la valse, le scottish, la polka et la mazurka. Entre les coups, les jeunes hommes menaient leur fiancée à l’échoppe de Deutine ou d’Hippolyte et leur payaient pour quatre sous de caramels. Ils les déballaient ensemble pour lire, en se faisant des gestes complices, le petit billet doux qui les emballait :
En caressant tes boucles blondes,
Je sens mon petit cœur bondir;
Il n’est rien de plus doux au monde
Qu’écouter tes tendres soupirs
.
En caressant tes boucles blondes,
Je sens mon petit cœur bondir ;
Il n’est rien de plus doux au monde
Qu’écouter tes tendres soupirs.
     
Josèf lès wéteut di d’ssus l’ banc d’èmon Pârin Marchô, ou-ce qui saquants djon.nes-omes tunint tchôd (3) li cousine Clotile d’Andène, one bèle pitite djint tote croléye avou deûs fossètes à sès massales. Come lès chîjes di sètimbe duvenint frisses, lès vîyès coméres, assîtes divant leûs-uch, avint tapè on mokwè d’ lin.ne su leû dos. C’è-st-à l’ dérène dès dérènes qui l’ gamin s’ lèyeut à dîre po rintrè èt il aveut do mô do s’èdwârmu en vèyant blawetè lès lumiéres ôs finièsses, lès-orèyes totes rimplîyes dès bruts dol dicôce.
  Joseph les regardait de dessus le banc de chez Parrain le Maréchal, où quelques jeunes hommes faisaient la cour (3) à la cousine Clotilde d’Andenne, une belle petite femme toute bouclée avec deux fossettes aux joues. Comme les soirées de septembre devenaient fraîches, les vieilles femmes, assises devant leurs portes, avaient jeté un châle de laine sur leur dos. C’est à la dernière des dernières [injonctions] que le gamin se laissait convaincre de rentrer et il avait du mal à s’endormir en voyant scintiller les lumières aux fenêtres, les oreilles toutes pleines des bruits de la ducasse.
*   *
Li londi à dîj eûres, tote li parotche èsteut rachonéye è l’èglîje, ô pîd do catafalque, po l’ mèsse di djon.nèsse tchantéye à l’ sovenance dès trèpassès. Insi, lès mwârts èstint assôcyis ôs vikants po fièsti lès pus bias djoûs d’ l’anéye.   Le lundi à dix heures, toute la paroisse était rassemblée à l’église, au pied du catafalque, pour la messe de jeunesse chantée en mémoire des trépassés. Ainsi, les morts étaient associés aux vivants pour fêter les plus beaux jours de l’année.
     
Eviès deûs-eûres, on s’ ritrouveut o pachu d’Al Coûr po-z-ataquè l’ coûrse ôs satch. Rin d’ pus guéy qui do véy lès-omes èt lès coméres, lès pîds èburtakès dins l’ grîje twèye, zoublè come dès rin.nes, volè l’ cul su lès-ièbes, si ramèchenè co pus rade, po-z-arivè lès preumîs ô potô. Là-d’ssus, on macheut lès solès. Tos lès cis qu’èstint distchôssis vorint su l’ moncia èt c’èsteut à qui qu’ sèreut ayussi l’ preumî.   Vers deux heures, on se retrouvait au verger de la Cour pour commencer la course aux sacs. Rien de plus gai que de voir les hommes et les femmes, les pieds entravés dans la toile grise, sauter comme des grenouilles, voler le derrière sur les herbes, se ramasser encore plus vite, pour arriver les premiers au poteau. Là-dessus, on mêlait les souliers. Tous ceux qui étaient déchaussés fonçaient sur le tas et c’était à celui qui serait équipé le premier.
     
Di d’là, tote li binde è raleut do costè dol route po continuwè lès djeûs. Ol coûr d’èmon Bêy di Bri, on-z-aveut èmantchi one pisse toûrnante. A wôteû d’ome, on crotchèt èsteut vistrè su chaque montant d’ bwès èt il î pindeut on-ènia. I faleut passè pa d’zos à vélo èt l’èfilè avou one baguète di fiêr. Li ci qu’aveut rascoudu l’ pus d’ènias gangneut l’ pris : one bèle bwèsse di cigares. I-gn-aveut co, po lès ciclisses, li coûrse di lenteû, qui réclameut dès mirôkes d’èquilibe : à fwace do s’astôrdji, li rûwe di d’vant choveut l’ têre d’onk èt d’ l’ôte dès costès, èt, ô pus sovint, li coureû si d’veut lèyi tchér di biciclète. Pus, dins l’ fond d’on tonia rimpli d’ sirôp´, on-z-aveut tapè one pèce ; èle sèreut po l’ ci quèl îreut r’qwér avou sès dints. Tot l’ monde si twardeut d’ rîre en vèyant lès mousons aclapants èt tchôborès.   De là, toute la bande retournait du côté de la route pour continuer les jeux. Dans la cour de chez Bêy de Bry, on avait installé une piste tournante. À hauteur d’homme, un crochet était vissé sur chaque montant de bois et il y pendait un anneau. Il fallait passer par-dessous à vélo et l’enfiler avec une baguette de fer. Celui qui avait recueilli le plus d’anneaux gagnait le prix : une belle boîte de cigares. Il y avait encore, pour les cyclistes, la course de lenteur, qui réclamait des miracles d’équilibre : à force de s’attarder, la roue de devant brossait la terre d’un côté et de l’autre, et, le plus souvent, le coureur devait se laisser tomber de sa bicyclette. Puis, dans le fond d’un tonneau rempli de « sirop », on avait lancé une pièce; elle serait pour celui qui irait la rechercher avec ses dents. Tout le monde se tordait de rire en voyant les museaux collants et barbouillés.
     
Més, li pus guéy di d’ tot, c’èsteut l’ djeû d’ tinelète. Inte li pègnon d’èmon li P’tit Marchô èt l’ ci d’èmon Djan-Piêre, on-z-aveut stindu on cwardia d’ tchèrûwe qui passeut dins lès-orèyes d’one tine rimplîye d’éwe. One grande pièce ol mwin, on-ome passeut pa d’zos, drèssi su one tchèrète à deûs rûwes, lancîye su l’ route à plin.ne charje. I d’veut fè basculè l’ tinelète avou s’ pièce sins s’ lèyi ramouyi. I n’ fôt nin d’mandè si on-z-aveut bon quand Tintin ou l’ Gros Bêy ou l’ Blanc da Rôse ramècheneut l’ réwéye su li scrine ! Més l’ djeû valeut lès pwin.nes do s’ risquè : i-gn-aveut on djambon po l’ pus adrwèt.   Mais le plus gai de tout, c’était le jeu « de tinelète » [petit bassin]. Entre le pignon de chez le Petit Maréchal et celui de chez Jean-Pierre, on avait tendu un cordeau de charrue qui passait dans les anses d’un bassin rempli d’eau. Une grande perche dans la main, un homme passait par-dessous, dressé sur une charrette à deux roues, lancée sur la route à pleine charge. Il devait faire basculer la bassine avec sa perche sans se laisser mouiller. Il ne faut pas demander si l’on avait du plaisir quand Tintin ou le Gros Bêy ou le Blanc de Rose ramassait l’arrosage sur l’échine ! Mais le jeu valait la peine de s’y risquer : un jambon récompensait le plus adroit.
     
Èt l’ dicôce s’achèveut dins lès cabarèts jusqu’à tant qu’ lès boûsses èstint plates.   Et la fête s’achevait dans les cafés jusqu’à ce que les bourses fussent plates.
     
Li dîmègne d’après, li r’lachôde (4) fieut ravikè po quéques-eûres lès pléjis dol fièsse èt l’ djon.nèsse l’ètèreut dins l’ djôye po jusqu’à l’anéye d’après.   Le dimanche suivant, la « r’lachôde » (4) faisait revivre pour quelques heures les plaisirs de la fête et la jeunesse l’enterrait dans la joie jusqu’à la prochaine année.
     
Li londemwin, quand lès baraquîs avint dismontè po r’prinde leû vôye pa tos tchamps payis, lès gamins fyint l’ toûr dol place disseûléye, en ramèchenant dès bokèts d’ pupe di têre èt dès côtes kitrawéyes : tot ç’ qui d’meureut dol dicôce !   Le lendemain, quand les forains avaient démonté pour reprendre la route en diverses directions, les gamins faisaient le tour de la place abandonnée, en ramassant des morceaux de pipes de terre et des cartes criblées de trous : tout ce qu’il restait de la ducasse !
Suite du texte…

NOTES :

(1) Mêye; cf. anc. fr. maie <lat. magidem , huche, pétrin. - Retour texte

(2) Le texte original est Lès maisses-djon.nés. Ce terme, qui ne figure dans aucune autre source consultée, est confirmé par l’emploi (spontané) qu’en fait notre témoin, Madame Alice Lebrun-Alexandre, qui précise que les mésses-djon. nés étaient élus le 15 août, après la grand-messe, par les jeunes gens du village (à l’exclusion des « coméres, naturèlemint »). Chez L. Léonard (Lexique, p. 137), le terme correspondant est maîsse-djon. ne ome « capitaine de jeunesse ». - Retour texte

(3) L’auteur écrit tunint tchôd : littéralement « tenaient [au] chaud ». Comme souvent, le pittoresque et le ton doucement goguenard de l’expression wallonne ne peuvent guère s’exprimer en français. Peut-être le terme « couvaient » conviendrait-il. - Retour texte

(4) Li r’lachôde. En quelque sorte, la « reprise de la fête », l’octave dirait-on en termes de liturgie, sorte de rappel, mais en sourdine, de l’événement. - Retour texte