Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

XV. – Li môjon s’ rèwîye

A Céles, on s’ passereut quôsu bin d’ôrlodje : trwès côps par djoû, li p’tite clotche di l’Èrmitadje, sonant l’Anjélus´, régléye li vikadje da tortos : quand i sone cinq eûres èt d’méye, c’èst l’ momint do s’ lèvè ; ô côp d’ doze eûres, on distèle èt on s’ mèt al tôve ; à chîj eûres dol vèspréye, li d’joûrnéye èst bone po brâmint.

 

15.- La maison se réveille

À Celles, on se passerait presque bien d’horloge : trois fois par jour, la petite cloche de l’Ermitage, sonnant l’Angélus, règle la vie de tous : quand sonnent cinq heures et demie, c’est le moment de se lever; au coup de douze heures, on suspend le travail et on se met à table ; à six heures de l’après-midi, la journée est terminée pour bien des gens.

     
Ô preumî côp d’ clotche, Marîye zoubèle foû do lèt. C’è-st-one vîye acostumance : quand lès Leûp èstint su l’ cinse d’Ûbaye n’èsteut-ce nin todi lèy li preumîre su pîd ? Li quinquèt alumè, èle wîde si stûve, passe lès cènes èt fét l’ feû : one pougnîye di croles, saquants broquètes, quéquès rukes, èt l’ cokmwâr tchante abîyemint.   Au premier coup de cloche, Marie saute du lit. C’est une vieille habitude : quand les Leloup étaient à la ferme d’Hubaille, n’était-ce pas toujours elle la première debout ? Le quinquet allumé, elle vide le poêle, passe les cendres et fait le feu : une poignée de copeaux, quelques brindilles, quelques morceaux de charbon, et bientôt la bouilloire chante.
     
Quand èlle a brochetè l’ cûjène èt donè on côp d’ loque, Djan-Piêre si pout lèvè. I prind sès papîs su l’ètajêre èt i s’ mèt à scrîre su li p’tite tôve. I mârquéye sès-ovradjes ô crayon su lès p’tits cayès avou dès nwârès couviètes di twèye ciréye ; i lès r’copîyerè al plume dins lès grands rédjisses cârtronès : one pâje ou deûs po lès cinsîs, one diméye po lès p’titès djins.   Quand elle a brossé la cuisine et donné un coup de serpillière, Jean-Pierre peut se lever. Il prend ses papiers sur l’étagère et se met à écrire sur la petite table. Il inscrit ses travaux au crayon dans les petits cahiers couverts de toile cirée noire; il les recopiera à la plume dans les grands registres cartonnés : une page ou deux pour les fermiers, une demie pour les petites gens.
Avoir ferré un cheval des quatre pieds....... 12,00 fr.  
Avoir rebattu un soc avec pointe.................. 2,00 fr.  
Avoir resoudé un fer....................................... 0,50 fr.  
.............................................................................    
 
Avoir ferré un cheval des quatre pieds....... 12,00 fr.  
Avoir rebattu un soc avec pointe.................. 2,00 fr.  
Avoir resoudé un fer....................................... 0,50 fr.  
.............................................................................    
     
Quand l’ fouye èst rimplîye, i fét l’addicion : 4 et 3 font 7 et 9 font 16 ... et 3, 112 ; j’écris 2 et je retiens 11...   Quand la feuille est remplie, il fait l’addition : 4 et 3 font 7 et 9 font 16... et 3, 112; j’écris 2 et je retiens 11...
     
Di peû do s’ brouyi, Djan-Piêre compte tot wôt. Tènawète, i s’astôrdjîye su on chife : c’èst l’ sine qu’on brut ou l’ôte li jin.ne dins sès calculs... Lès-èfants d’chindèt. « Moman ! dji n’ trouve nin mès tchôsses ! — Èle sont ô pîd d’vosse lèt ! Èt wétoz do n’ nin criyi si fwârt, papa scrît ! » Josèf n’a pont d’ mô do s’ lèvè. Por li, c’è-st-on soladjemint : dispôy cinq-eûres, i s’ ritoûne su l’ lèt, s’ watrouye dins lès linçous. Pa deûs trwès côps, il a ukè Omêr, coutchi dins l’ôte cwin, po saye do l’ rèwyi èt do copinè one miète avou li. Més rin à fè : li p’tit frére dwâme come one sokète ! Quand Josèf è-st-al valéye, i-gn-a bèle lurète qui Marîye crîye todi ô pîd dès montéyes : « Omêr ! Omêr ! On-z-a sonè l’ preumî côp d’ mèsse ! » À l’ fin dès fins, Josèf ènn’a s’ sô d’ôre pîlè moman. I r’monte è là-wôt bon-z-èt rwèd, satche lès couvêrtes, apice li dwârmô dins sès brès èt l’ mèt l’ cul tot nu su l’ plantchi, po l’ dispièrtè pus rade. Omêr vôreut bin s’ disfinde, més il èst trwès-ans èt d’méy pus djon.ne qui s’ frére : i ’nn’a co por one bèle apéye divant do s’ p’lu r’vindji !
  De peur de se tromper, Jean-Pierre compte à haute voix. Parfois, il s’attarde sur un chiffre : c’est le signe que quelque bruit le gêne dans ses calculs... Les enfants descendent. « Maman, je ne trouve pas mes bas ! — Ils sont au pied de votre lit ! Et veillez à ne pas crier si fort, papa écrit ! » Joseph n’a pas de peine à se lever. Pour lui, c’est un soulagement : depuis cinq heures, il se retourne dans son lit, se vautre dans les draps. À deux ou trois reprises, il a appelé Omer, couché dans l’autre coin, pour essayer de le réveiller et de faire causette avec lui. Mais rien à faire : le petit frère dort comme une souche ! Quand Joseph est en bas, il y a belle lurette que Marie crie encore au pied de l’escalier : « Omer, Omer, on a sonné le premier coup pour la messe ! » À la longue, Joseph en a assez d’entendre geindre maman. Il remonte prestement à l’étage, tire les couvertures, saisit le dormeur dans ses bras et le met cul tout nu sur le plancher, pour le réveiller plus vite. Omer voudrait bien se défendre, mais il a trois ans et demi de moins que son frère : il en a encore pour un bon bout de temps avant de pouvoir se venger !
     
Asteûre, i sont al tôve tos lès quate. Djan-Piêre, li, a rade fét do-z-avalè saquants gwardjons d’ nwâr cafè, divant do moussi ol fwadje. À noûf eûres, i vérè d’junè avou deûs sorèts. Al rintréye di l’iviêr, il è fét ruv’nu on pani ou deûs ; avou one chope di bîre, i-gn-a, parèt-i, rin d’ pus fwârt. Tènawète, po spôrgni l’ bûre, lès-ôtes fièt one potéye(1) dins l’ grande jate, avou deûs bokèts d’ suke èt brâmint dol crinme. Dès côps qu’i-gn-a, lès gamins d’mandèt one rostîye, més c’èst do véy à qwè l’ feû ènn’èst... Pus, i pôrtèt po-z-alè sièrvi mèsse.   Maintenant, les voilà attablés tous les quatre. Jean-Pierre, lui, a vite fait d’avaler quelques gorgées de café noir, avant d’entrer dans la forge. À neuf heures, il viendra déjeuner de deux harengs fumés. Au retour de l’hiver, il en fait revenir un panier ou deux : avec une chope de bière, il n’y a, paraît-il, rien de plus fort. Parfois, pour épargner le beurre, les autres font une « potée » (1) dans la grande jatte, avec deux morceaux de sucre et beaucoup de crème. Il arrive que les gamins demandent une rôtie, mais il faut voir où en est le feu... Puis ils partent pour aller servir la messe.
     
O mwès d’octôbre, à l’ rintréye dès scoles, i-gn-a rin d’ pus pléjant. Ossi vite après l’ Confiteor, li vîye sœûr supérieûre, one Francèse, kimince li tchapelèt. On dîreut quôsu qu’èle tchante quand èle rècite lès Je vous salue, Marie, avou l’ vwès londjin.ne èt s’t-acsent d’ Paris : « ...et Jéé-sus, le frwît de vôôs-entrâ-ailles est béni... » Là-d’ssus. gamins èt gamines, rachonès d’vant lèy dins lès bancs, s’èsnondèt tortos ô pus fwârt po rèsponde : « Sainte Marie, mère de Dieu, ...»   Au mois d’octobre, à la rentrée des classes, il n’est rien de plus plaisant. Tout de suite après le Confiteor, la vieille sœur supérieure, une Française, commence le chapelet. On dirait presque qu’elle chante quand elle récite les Je vous salue, Marie, avec sa voix traînarde et son accent parisien : « ... et Jééé-sus, le frwît de voos-entrâ-ailles est béni... » Là-dessus, garçons et filles, rassemblés devant elle dans les bancs, s’emballent tous au plus fort pour répondre : « Sainte Marie, mère de Dieu, ... »
     
Après, c’èst l’ catèsime po fè sès pôques. Li gros curé Viroux prind en passant dins lès stales si p’tit nwâr calepin èt s’ baguète di neûji, qui r’lût à fwace d’awè stî capontyîye. Fôt-i qu’èle sôye solide po durè come ça ! Ca i s’è siève, savoz, di s’ baguète, Mossieû l’ Curè ! Noûf´ côps su dîj´, li pôve Twin.ne Pènasse di Véves, on maleureûs qu’a pièrdu s’ mére, arive trop tôrd à mèsse. Mossieû l’ Curè l’ mèt à gngnos su lès frèdès pîres do chœûr, pus c’mince à l’ tanè qu’on s’è fét mô. Là co bin por li qu’il a on gros spès caban qui casse lès côps ! On quârt d’eûre après, Mossieû l’ Curè tape dins sès grossès mwins. Tot l’ monde sôte dès bancs èt s’ mèt en rang. One jènuflèksion tortos èchone èt tote li binde dichind su l’ grand bènitî, en fiant pètè lès clôs su l’ pavè. Lès gamines toûrnèt à gôche po sôrti pa l’uch dès bèguènes èt montè à l’Èrmitadje ; lès gamins è vont pa l’ gros uch ; mwints côps, li dérin l’ lét r’clapè on bon côp, istwâre do fè assoti Mossieû l’ Curè èt do prinde one pitite rivintche !   Ensuite vient le catéchisme pour préparer sa communion solennelle. Le gros curé Viroux prend en passant dans les stalles son petit calepin noir et sa baguette de noisetier, qui reluit à force d’avoir été manipulée. Faut-il qu’elle soit solide pour durer ainsi ! Car il s’en sert, vous savez, de sa baguette, Monsieur le Curé ! Neuf fois sur dix, l’infortuné Antoine Pènasse de Vêves, un pauvre gosse qui a perdu sa mère, arrive en retard à la messe. Monsieur le Curé le fait s’agenouiller sur les pierres froides du chœur, puis commence à le rosser à faire pitié. Encore heureux qu’il ait un gros caban épais qui amortit les coups ! Un quart d’heure plus tard, Monsieur le Curé frappe dans ses grosses mains. Tout le monde sort des bancs et se met en rang. Une génuflexion tous ensemble et toute la bande descend vers le grand bénitier, en faisant péter les clous sur le pavé. Les fillettes tournent à gauche pour sortir par la porte des religieuses et monter à l’Ermitage; les garçons s’en vont par la grosse porte; maintes fois, le dernier la laisse claquer bien fort, histoire d’exaspérer Monsieur le Curé et de prendre une petite revanche !
     
Josèf èt Omêr ripassèt pa l’ môjon po dispinde li carnassiére èt pôrtèt po l’ sicole.   Joseph et Omer repassent par la maison pour dépendre le cartable et partent pour l’école.
     
Volà l’ môjon tranquile.   Voilà la maison tranquille.
Suite du texte…

ermitage de celles

«… trois fois par jour, la petite cloche de l’Ermitage,
sonnant l’Angelus, règle la vie de tous…»


NOTE :

(1) Potéye. En wallon comme en français régional de Belgique (potée), ce terme désigne un mélange de café au lait sucré et de morceaux de pain, beurrés ou non. - Retour texte