Li vikérîye d'on Gamin d' Céles
 
Avant-propos
Remerciements
Préface

Chap. I

Chap. II
Chap. III
Chap. IV
Chap. V
Chap. VI
Chap. VII
Chap. VIII
Chap. IX
Chap. X
Chap. XI
Chap. XII
Chap. XIII
Chap. XIV
Chap. XV
Chap. XVI
Chap. XVII
Chap. XVIII
Chap. XIX
Chap. XX
Chap. XXI
Chap. XXII
Chap. XXIII
Chap. XXIV
Chap. XXV
Chap. XXVI
Chap. XXVII
Chap. XXVIII
Chap. XXIX
Chap. XXX
Chap. XXXI
Chap. XXXII
Chap. XXXIII
Chap. XXXIV
Chap. XXXV
Chap. XXXVI
Chap. XXXVII
Chap. XXXVIII
Chap. XXXIX
Chap. XL
Chap. XLI

X. - È scole ô mésse

Di ç’ timps-là, li bâtimint d’ comune èsteut mètu dins l’ fond do viyadje, addé l’èglîje, èou-ce qui c’è-st-asteûre l’Hôtel du Centre. À drwète, en-z-intrant, c’èsteut li scole dès gamins ; pa-d’zeû, li sâle comunâle ; li rèsse do bâtimint sièrveut d’ môjon d’ mésse. Mossieû Tonglèt, l’instituteûr, dimeureut à Djindron ; i v’neut tos lès djoûs à biciclète. C’èsteut on-ome nin foû grand, més stocas´, avou des moustaches qui r’crolint, deûs p’tits vêrts-ouy, ârsôyes èt todi en mouvemint, on r’gârd qui vos tarôdeut. Môgrè qu’i sèpeut s’ fè crinde come pèrson.ne, lès gamins l’ vèyint iute di voltî. Tos lès djoûs, il alint ô-d’vant d’ li do costè do Tchèrô èt i courint padrî l’ vélo come one binde di p’tits tchins. Més, on côp qu’i tôrdjeut d’arivè, i s’a fét qu’ lès gamins ont porsî leû vôye pa l’ Plantis´ jusqu’à l’ Crwès d’ Lavis. Su ç’ timps-là, l’ mésse èsteut v’nu pa lès Quate-Tiyous èt nos-omes ont rarivè qui li scole èsteut d’djà bin en route. A pôrti d’adon, Mossieû Tonglèt l’zî a disfindu do co v’nu ô-d’vant d’ li.

 

10.- À l’école chez le maître

En ce temps-là, la maison communale était située dans le fond du village, près de l’église, où se trouve maintenant l’Hôtel du Centre. À droite, en entrant, c’était l’école des garçons : au-dessus, la salle communale; le reste du bâtiment servait de maison d’instituteur. Monsieur Tonglet, le maître d’école, habitait Gendron; il venait tous les jours à bicyclette. Pas très grand, mais costaud, avec des moustaches en croc, deux petits yeux verts, malicieux et toujours en mouvement, l’homme vous taraudait du regard. Bien qu’il sût se faire craindre comme personne, les gamins l’aimaient beaucoup. Tous les jours, ils allaient à sa rencontre du côté de la Voie charretière, et ils couraient derrière le vélo, comme une bande de petits chiens. Mais, un jour qu’il tardait à arriver, il se trouva que les gamins continuèrent leur chemin par le « Plantis´ » jusqu’à la Croix de Lavys. Entre-temps, le maître était venu par les Quatre-Tilleuls et nos hommes se ramenèrent alors que la classe était déjà bien en route. Depuis lors, Monsieur Tonglet leur défendit de venir encore à sa rencontre.

     
Quand l’ clotche aveut tot fét do sonè, on s’ mèteut en rang d’vant l’ bôrîre, on tireut binonêtreumint s’ calote èt on criyeut tortos èchone : « Bonjour, Monsieur le Maître !» – « Bonjour, mes amis ! » Après awè dit one pâtêr, on lîjeut l’ Bibe èt on rèciteut par cœûr li P’tit Catèsime. Ô pus sovint, c’èsteut tanis, més lès-èfants avint co bin one pôrt di pléji. Par ègzimpe, li djoû qui l’ Tôr d’Ûbaye, qui lîjeut l’ Crèâcion, aveut zoublè deûs pâjes : « Dieu créa Ève... Il l’enduisit de bitume en dehors et en dedans ». Ou bin quand l’ Tur, à l’ quèstion : « Qui seront donc damnés ? » aveut rèspondu sins krankyi : « Notre Saint-Père le Pape, les évêques et les curés ». Èt on-ôte côp : « Quels sont ceux qui sont hors de l’Église ? » – « Les hérétiques, les asthmatiques et les excommuniés ». Pus, jusqu’à l’ rècrèâcion d’ dîj eûres, on grèteut su sès problèmes.   Quand la cloche avait fini de sonner, on se mettait en rang devant la barrière, on ôtait bien poliment sa casquette et on criait tous ensemble : « Bonjour, Monsieur le Maître ! – Bonjour, mes amis ! » Après avoir dit une prière, on lisait la Bible et on récitait par cœur le Petit Catéchisme. Le plus souvent, c’était lassant, mais il arrivait aux enfants d’y prendre une part de plaisir. Par exemple, le jour où le Victor d’Hubaille, qui lisait la Création, avait sauté deux pages : « Dieu créa Ève... Il l’enduisit de bitume en dehors et en dedans. » Ou bien quand l’Arthur, à la question « Qui seront donc damnés ? » avait répondu sans broncher : « Notre Saint-Père le Pape, les évêques et les curés ». Et une autre fois : « Quels sont ceux qui sont hors de l’Église ? – Les hérétiques, les asthmatiques et les excommuniés ». Puis, jusqu’à la récréation de dix heures, on séchait sur ses problèmes.
     
Adon, lès gamins èstint lachis su l’ pavéye di l’èglîje, qui sièrveut d’ coûr. Lès pus grands djouwint ôs bâres, on djeû qui rèclameut d’ l’atincion èt do sang-frwèd, jusse èt sètch come one quèstion d’aritmètique. Li p’tit Josèf s’amuseut bin mia à l’ banque : li ci qu’î èsteut pôrteut en crwèjelant lès mwins èt wéteut do touchi on camarâde. Pus, li deûs, en s’ tunant pa l’ mwin, on sayeut après l’s-ôtes. P’tit-z-à p’tit, li binde si stindeut èt i fieut todi pus sèrant. Lès saquantes qui chapint lès dérins avint ôsse quand l’ banque si r’cloyeut sur zèls, ô cwin dol vîye cimintiére. I brokint come dès singlès po côpè è deûs l’ ribambèle, més, à l’ longue, i faleut qu’il î passinche come lès-ôtes (1).   Alors, les gamins étaient lâchés sur la place de l’église, qui servait de cour. Les plus grands jouaient aux barres, un jeu qui réclamait de l’attention et du sang-froid, juste et sec comme une question d’arithmétique. Le petit Joseph s’amusait bien mieux à la banque : celui qui « y était » partait en croisant les mains et essayait de toucher un camarade. Puis, à deux, en se tenant par la main, on tentait [de toucher] les autres. Petit à petit, la bande s’étendait et il faisait toujours plus étroit. Les quelques-uns qui échappaient les derniers avaient peur quand la banque se refermait sur eux, au coin du vieux cimetière. Ils s’élançaient comme des fous pour couper en deux la ribambelle, mais, à la longue, il leur fallait y passer comme les autres (1).
     
Li rèsse dol djoûrnéye di scole si passeut à fè one miète di totes lès sôtes. Tos l’s-ans, lès-inspècteûrs avint inventè one novèle brantche : tempérance, épargne, protection des animaux èt dji n’ sé tot qwè. Més, avou M. Tonglèt, tot ça toûrneut à lecture, à dictéyes èt à problèmes, sins rovyi l’ècriture, qui compteut po brâmint. M. Tonglèt fignoleut l’ sène à pléji èt c’èsteut ô ci qu’atrap’reut l’ mia s’ maniére. Quand lès-èfants avint achèvè leû scole, i conechint lès quate régues èt i n’ fyint pupont d’ fôte.   Le reste de la journée d’école se passait à des occupations variées. Tous les ans, les inspecteurs avaient inventé une nouvelle branche : tempérance, épargne, protection des animaux, et je ne vous sais tout quoi. Mais, avec M. Tonglet, tout cela tournait à lecture, à dictées et à problèmes, sans oublier l’écriture, qui comptait pour beaucoup. M. Tonglet fignolait la sienne à plaisir et c’était à celui qui attraperait le mieux sa manière. Quand les enfants avaient terminé l’école, ils connaissaient les quatre règles et ils ne faisaient plus de fautes.
     
On scriyeut chakin one djoûrnéye o cayè d’ « roulement » ; lès pus bèlès rédacsions, zèles, èstint mètûwes ô cayè d’oneûr ; on tîcheneut (2) tortos po-z-î awè s’ toûr. Josef î r’copieut sovint si d’vwâr ; il èsteut si adrwèt po-z-èmantchi sès frâses qui l’ mésse lî aveut dit sins rîre : « Attention ! tu vas faire la concurrence à Chateaubriand ! » Ci djoû-là, il a tûsè qu’i d’véreut on djoû scrîjeû : li rwè n’èsteut nin d’ sès parints !   On écrivait chacun une journée au cahier de « roulement »; les plus belles rédactions, elles, étaient transcrites au cahier d’honneur; on trimait (2) tous pour y avoir son tour. Joseph y recopiait souvent son devoir; il était si adroit pour tourner ses phrases que le maître lui avait dit sans rire : « Attention ! tu vas faire la concurrence à Chateaubriand ! » Ce jour-là, il pensa devenir un jour écrivain : le roi n’était pas de ses parents !
     
Li djoûrnéye qu’ lès gamins émint l’ mia, c’èsteut l’ djûdi : il avint d’vant zèls one grande vèspréye di condji èt l’ matinéye ènn’èsteut ça pus bèle. Jusqu’à dîj eûres, on fieut dès cârtes di jèografîye, qu’on fignoleut avou dès crèyons d’ coleûr èt t dès-intches di trwès sôtes : bleûwe, rodje èt vète. Après l’ rècrèâcion, M. Tonglèt raconteut ç’ qu’i-gn-aveut d’ pus bia dins l’istwâre di Bèljique : lès Ménapyins, qui fyint do sé avou l’éwe dol mér ; lès Nèrvyins, qu’avint târtrè César su lès bwârds di Sambe ; lès sègneûrs, qui disfindint leûs tchèstias avou dol bolante éwe ; Charlemagne, qu’aleut véy ci qui s’ passeut dins lès scoles... èt l’ rèsse à l’advinant. Li mésse aveut si bin l’ toûr po-z-èspliquè tot ça qu’on-z-ôreut oyu volè one mouche tins dol lèçon.   La journée que les enfants préféraient, c’était le jeudi : ils avaient devant eux une grande après-midi de congé et la matinée n’en était que plus belle. Jusqu’à dix heures, on faisait des cartes de géographie, qu’on fignolait avec des crayons de couleur et des encres de trois sortes : bleue, rouge et verte. Après la récréation, M. Tonglet racontait ce qu’il y avait de plus beau dans l’histoire de Belgique : les Ménapiens, qui faisaient du sel avec de l’eau de mer; les Nerviens, qui avaient rossé César sur les bords de la Sambre; les seigneurs, qui défendaient leurs châteaux avec de l’eau bouillante; Charlemagne, qui allait voir ce qu’il se passait dans les écoles... et le reste à l’avenant. Le maître avait si bien la manière pour expliquer tout cela qu’on aurait entendu voler une mouche durant la leçon.
     
Po dîre li vré, il aveut l’ toûr po tot. I-gn-aveut jamés onk qu’ôreut yeû l’idéye do r’nictè : i n’aveut qu’à lès r’wéti. Portant, i n’ôreut yeû qu’on mot à dîre : i s’ôrint tortos batu po l’ disfinde.   Au vrai, il avait la manière pour tout. Il n’y en avait jamais un qui aurait eu l’idée de regimber : il lui suffisait de les regarder. Pourtant, il n’aurait eu qu’un mot à dire : ils se seraient tous battus pour le défendre.
     
Més, aloz co véy après on parèy mésse ! È l’iviêr, lès gamins qu’arivint dès amias tot èdjalès si tchôfint ôtoû dol grosse sitûve divant do s’ mète à l’ovradje. È l’èstè, quand i fieut pâr trop seûlant, i-gn-aveut onk qu’aleut tirè ô tonia dol côve deûs sèyas d’ bîre èt on s’ rapôpieut tortos.   Mais allez encore chercher après un pareil maître ! En hiver, les gamins qui arrivaient des hameaux tout gelés se chauffaient autour du gros poêle avant de se mettre à l’ouvrage. En été, quand il faisait par trop « assoiffant », l’un des élèves allait tirer au tonneau de la cave deux seaux de bière et tout le monde se désaltérait.
     
Li p’tit Josèf èsteut si avanci en v’nant d’ l’Asîle (3) qu’il a moussi d’embléye ol deûzinme division. À noûv ans, il èsteut al tièsse do degré supérieûr. Il aveut fét sès d’vwârs li preumî èt l’ rèsse do timps, i fieut assoti l’s-ôtes. Di ç’ maniére-là, il èsteut pûni à peu près tos lès djoûs. Ô pus sovint, il atrapeut on cint ou deûs d’ lignes, come c’èsteut l’ môde adon :   Le petit Joseph était si avancé en venant de l’Asile (3) qu’il entra d’emblée dans la deuxième division. A neuf ans, il était en tête du degré supérieur. Il avait fait ses devoirs le premier et le reste du temps, il ennuyait les autres. Aussi était-il puni à peu près tous les jours. Le plus souvent, il attrapait une ou deux centaines de lignes, comme c’était lacoutume à l’époque :
Je ne dois pas taquiner mes condisciples.
Je ne dois pas rire en classe.
Je ne dois pas taquiner mes condisciples.
Je ne dois pas rire en classe.
     
Més i scriyeut po s’ pléji èt sès pènitinces èstint rade ravôtyîyes. Sins comptè qu’ lès trwès quârts do timps, i n’ lès fieut nin. C’èsteut quôsu tos côps l’ minme comèdîye. Quand il aveut bèvu l’ cafè (4), i v’neut toquè à l’uch dol sicole. « Monsieur le Maître, puis-je prendre mon cahier pour faire ma punition ? » Pus, en s’aprètant à sôrti : « Ne faut-il pas corriger les cahiers ? Ou ranger votre pupitre ? Ou effacer les tableaux ? » M. Tonglèt fieut lès quances do s’ lèyi prinde à sès-èmantchûres ; quand l’ gamin sôrteut, li pènitince èsteut pârdonéye (5).   Mais il écrivait pour son plaisir et ses pénitences étaient vite expédiées. Sans compter que les trois quarts du temps, il ne les faisait pas. C’était presque toujours la même comédie. Quand il avait bu le café (4), il venait toquer à la porte de l’école. « Monsieur le Maître, puis-je prendre mon cahier pour faire ma punition ? » Puis, en s’apprêtant à sortir : « Ne faut-il pas corriger les cahiers ? Ou ranger votre pupitre ? Ou effacer les tableaux ? » M. Tonglet feignait de se laisser prendre à ses combines; quand le gamin sortait, la pénitence était supprimée (5).
     
I fôt dîre qu’il èsteut quéquefiye one miète li chou-chou. Portant, on n’ p’leut nin dîre qui c’èsteut one racusète potéye : racusè, c’èst tot ç’ qu’i vèyeut d’ pus èvi. Més l’ mésse è t’neut do cas pace qu’il aveut one bone boule èt qu’il èsteut curieûs d’aprinde. En-zarindjant l’ pupite, Josèf aveut sovint r’mârquè deûs lîves qu’èlî fyint toûrnè l’ tièsse :   Il faut dire qu’il était peut-être un peu le chouchou. Pourtant, on ne pouvait pas dire que c’était un petit rapporteur : moucharder, c’est ce qu’il haïssait le plus. Mais le maître en faisait grand cas parce qu’il avait une bonne boule et il était curieux d’apprendre. En rangeant le pupitre, Joseph avait souvent remarqué deux livres qui lui faisaient tourner la tête :
Traité élémentaire de chimie, par Michelet .
Notions de physique, par Honoré Regodt.
Traité élémentaire de chimie, par Michelet.
Notions de physique, par Honoré Regodt.
     
Dol chimîye èt dol fisique, ça d’veut ièsse rudemint bia ! Il a télemint talemanè l’ mésse qu’il a fini pa l’s-awè. Ôs grandès chîjes, i pôrteut èmon Mârène avou sès lîves èt sès cayès d’zos s’ brès èt il aveut bon do studyi tot ça. On djoû qu’ Mossieû Tonglèt ariveut po l’ coûrs d’adultes, il a yeû l’alin.ne côpéye en vèyant s’ tâblô tot tchôborè d’èqwacions. Més l’ gamin, tot fiér, s’a avanci po l’zî èspliquè. Ci qu’ Josèf émeut l’ mia, c’èsteut do r’toûrnè si P’tit Larousse, po wéti l’ tièsse dès grands-omes èt lîre lès noms d’ leûs-ovradjes, surtout quand il èstint mârquès « illustres » ou « célèbres » èt i câlculeut combin d’anéyes qu’il avint vikè. Il apurdeut ossi dès mèssadjes en latin dins lès rôses fouyas. Divant d’è ralè, i lîjeut dins l’ Patriote « La conquête de l’air » èt i s’ rafiyeut d’on djoû à l’ôte do sèpe ci qu’Olieslagers, Quinèt ou Chavez avint fét ô tchamp d’aviâcion d’Issi-lès-Moulinôs. Lès djoûs d’ pleuve, il aleut nivètè su lès sovrondes do gurnî po r’trouvè totes sôtes di vîs lîves, qu’il arindjeut è s’t-ârmwâre, o meur dol tchambe.   De la chimie et de la physique, ce devait être rudement beau ! Il tanna tellement le maître qu’il finit par les avoir. Lors des longues veillées, il partait chez Marraine avec ses livres et ses cahiers sous le bras et il prenait plaisir à étudier tout cela. Un jour que Monsieur Tonglet arrivait pour le cours aux adultes, il eut le souffle coupé en voyant son tableau tout barbouillé d’équations. Mais le gamin, tout fier, s’avança pour les leur expliquer. Ce que Joseph préférait, c’était de feuilleter son Petit Larousse, pour regarder la tête des grands hommes et lire les noms de leurs œuvres, surtout lorsqu’ils étaient notés « illustres » ou « célèbres », et il calculait combien d’années ils avaient vécu. Il apprenait aussi des expressions latines dans les pages roses. Avant de rentrer, il lisait dans le Patriote « La conquête de l’air » et il se réjouissait d’un jour à l’autre de savoir ce qu’Olieslagers, Quinet ou Chavez avaient fait au champ d’aviation d’Issy-les-Moulineaux. Les jours de pluie, il allait farfouiller sur les séverondes du grenier pour retrouver toutes sortes de vieux livres, qu’il rangeait dans son armoire, au mur de la pièce [de séjour].
     
Tènawète ossi, i djouweut à l’ârtisse. Tins d’ doze eûres, i v’neut r’trouvè è scole lès gamins dès amias qu’î mougnint leûs marintes. Lès pus grands avint do pléji do lî fè dîre one fôve ou tchantè one tchanson. Adon, i-gn-aveut onk qui fieut l’ toûr avou s’ calote po ramèchenè l’ payemint : one gôme, on taye-touche ou one bèle maye di djasse ou d’ soda (6).   Parfois aussi, il jouait à l’artiste. Le midi, il venait retrouver à l’école les gamins des hameaux qui mangeaient leurs tartines. Les plus grands prenaient plaisir à lui faire dire une fable ou chanter une chanson. Alors, l’un des gosses faisait le tour avec sa casquette pour ramasser le paiement : une gomme, un « taille-touche » [crayon d’ardoise] ou une belle bille de jaspe ou de soda (6).
     
M. Tonglèt li vèyeut ça pus voltî qu’i s’ richonint di mwints costès. Par ègzimpe, il èstint tos lès deûs ô pus rovyis´. Quand Josèf aveut fét one frawe ou l’ôte, M. l’ Mésse lî d’jeut : « Console-toi, Joseph, les grands esprits sont souvent distraits ». Èt i soriyeut avou si p’tit-ér chinârd. Més l’ gamin aveut l’ pîce po mète ô trô : « Oui, mais les petits aussi, Monsieur le Maître ! » Todi èst-ce-t-i qui Marîye lî ric’mandeut sovint do fè on nuk à s’ mokwè d’ potche.   Monsieur Tonglet l’aimait d’autant plus qu’ils se ressemblaient à maints égards. Par exemple, ils étaient tous deux extrêmement « oublieux ». Quand Joseph avait commis tel ou tel impair, M. le Maître lui disait : « Console-toi, Joseph, les grands esprits sont souvent distraits ». Et il souriait avec son petit air moqueur. Mais le gamin avait l’esprit d’à-propos : « Oui, mais les petits aussi, Monsieur le Maître ! ». Toujours est-il que Marie lui recommandait souvent de faire un nœud à son mouchoir de poche.
     
On djoû, M. Tonglèt lî done on biyèt d’ cint francs (adon, ça valeut one saqwè) po-z-alè qwér èmon Dèlhése one botèye d’éwe minèrale. I fôt vos dîre qui c’èsteut on bon vikant èt qui, tènawète, il aveut dandji do s’ rispômè l’ gosî. Josèf rapwate li comission èt pèrson.ne ni côse di sous. En r’toûrnant s’ pantalon al nét, Marîye ritrouve li manôye. Quand il a rapwartè lès côrs li londemwin, li mésse èsteut co pus s’barè qu’ li : i n’ sèpeut pus d’ qwè i r’toûrneut.   Un jour, M. Tonglet lui donne un billet de cent francs (à l’époque, cela valait quelque chose) pour aller chercher chez Delhaize une bouteille d’eau minérale. Il faut vous dire que c’était un bon vivant et que, parfois, il avait besoin de se rincer le gosier. Joseph rapporte la commission et personne ne parle d’argent. En retournant son pantalon au soir, Marie retrouve la monnaie. Quand il rapporta l’argent le lendemain, le maître était encore plus étonné que lui : il ne savait plus de quoi il s’agissait.
     
Més i fôt qui dj’ vos raconte li pus bèle distracsion do scolî Louviô. Ça s’ passeut do trèvint d’ Noyè, après l’ rècrèâcion dol vèspréye. Lès gamins èstint en trin do r’copyi su one fouye èsprès, gârnîye d’one îmôdje di coleûr, one lète di Novèl An po leûs parints. Li mésse l’aveut scrît al plantche. Di ç’ timps-là, on n’aveut nin cor inventè l’eûre èstivale d’iviêr. Come il èsteut ôtoû d’ trwès-eûres èt d’méye èt qui l’ quinquèt n’èsteut nin cor alumè, on n’ vèyeut pus wére ô tâblô. Josèf, qu’èsteut assis o fond dol sicole, sôte d’on côp foû di s’ banc en criyant : « Comint ç’ qui c’èst, moman, vélà ? » Pus, il ètind tot l’ monde qui chure do rîre ôtou d’ li, èt, t’t-ossi pèneûs qu’on bôdèt qu’a rovyi s’ nom, i s’avise qu’i n’èst nin èou-ce qu’i crwèyeut : i n’ fôt nin d’mandè s’i ruveneut di d’lon !   Mais il faut que je vous raconte la plus belle distraction de l’écolier Louviau. Cela se passait au temps de Noël, après la récréation de l’après-midi. Les gamins étaient en train de recopier sur une feuille ad hoc, ornée d’une image en couleur, une lettre de Nouvel An pour leurs parents. Le maître l’avait écrite au tableau. De ce temps-là, on n’avait pas encore inventé l’heure estivale d’hiver. Comme il était environ trois heures et demie et que le quinquet n’était pas encore allumé, on ne voyait plus guère au tableau. Joseph, qui était assis au fond de la classe, quitte tout d’un coup son banc en criant : « Comment est-ce que c’est, maman, là ? » Puis il entend tout le monde s’esclaffer autour de lui, et, tout aussi penaud qu’un baudet qui a oublié son nom, il s’avise qu’il n’est pas où il croyait : il ne faut pas demander s’il revenait de loin !
Suite du texte…

joseph houziaux

1908. «À l’école chez le maître».
Le gamin de Celles (debout au centre du premier rang,
blouson clair et nœud papillon). Il a 7 ans.


NOTES :

(1) Selon Lucien Somme, il pourrait s’agir du jeu des « courses au rwè » dont Lucien Léonard parle dans son Lexique, p. 421. Toutefois, les deux descriptions diffèrent sensiblement. - Retour texte

(2) Tîcheneut. Tîchenè ou plutôt tîjenè, c’est, littéralement, « tisonner ». - Retour texte

(3) L’école gardienne . - Retour texte

(4) Entendez : « pris son goûter ». - Retour texte

(5) Littéralement : « pardonnée » - Retour texte

(6) Bille de verre jouant dans un étranglement du goulot (L. Somme). - Retour texte